INSECTES


ACCUEIL
FDGDON DE LA MAYENNE
Qui sommes nous ?
Adresse, horaires, accès
ACTUALITES
BULLETIN de SANTE du VEGETAL
VERTEBRES
Les rongeurs aquatiques déprédateurs:
Les rongeurs commensaux
taupe
Les Oiseaux
INSECTES
Les chenilles
Le frelon asiatique
Chrysomèle des racines du maïs
PLANTES INVASIVES
STATION METEOROLOGIQUE
DOCUMENTS
LIENS
OFFRES d'EMPLOI ET de STAGE

Les chenilles

AccueilPlan du site


La FDGDON vous propose

Sur les 200 espèces en France, 4 sont reconnues défoliatrices et urticantes, trois espèces sont présentes en Mayenne : La processionnaire du pin (Thaumetopoea pityocampa), la processionnaire du chêne (Thaumetopoea processionnea) et le bombyx cul brun (Euproctis chrysorrthoea), la quatrième étant la lithosie quadrillée (Lithosia quadra) non recensée sur le territoire.

La FDGDON a pour mission de surveiller leur évolution (mis en place d’un réseau d’observateurs) et d’organiser des actions de contrôle de leur prolifération.

 
Pour cette dernière mission, la FDGDON de la Mayenne vous propose des opérations collectives, cas du traitement de bioinsecticide contre les processionnaires de pin, ou des interventions ponctuelles.


Période d’interventionProcessionnaire du Pin
Processionnaire du Chêne
Bombyx Cul Brun
Traitement de bioinsecticideseptembre à décembre
avril à juinseptembre à décembre
Echenillage
novembre à avril
mai à juilletnovembre à mai
Pose de piègenovembre à févrierXX



Les moyens de lutte


Cliquez pour agrandir

Pulvérisation de bioinsecticide


Plusieurs moyens de lutte peuvent être mis en place selon le stade de développement de l’insecte :

Pulvérisation de bioinsecticide :

Aux premiers stades larvaires de la chenille (5 stades), les insectes sont très sensibles au bioinsecticide (Bacillus thuringiensis). Le mélange d’eau et de produit est projeté sous forme de brouillard, à partir du sol, par un appareil à dos pour les petites hauteurs et une turbine sur pickup pour les grandes hauteurs.
Le bacille de thuringe est une bactérie présente naturellement dans l’environnement, dont l’ingestion est mortelle pour les jeunes chenilles lorsqu’elles s’alimentent des aiguilles. Ce produit n’a pas de classement toxicologique et comporte la mention Abeilles. Le pourcentage de réussite du traitement se situe autour de 80-90%, dû à la biologie de ces chenilles (pas d’alimentation en période de mue).


Cliquez pour agrandir

Echenillage


Echenillage :

Au-delà des premiers stades larvaires, les cocons de chenilles sont très visibles et peuvent faire l’objet d’extraction soit à la main, soit au sécateur emmanché. A ces stades, les chenilles ont développé des défenses (les poils urticants). Lors d’intervention, il est fortement recommandé d’être équipé de protection (gants , tenue, lunettes).
 


Cliquez pour agrandir

Ecopiège


Piège :


Des pièges sont actuellement proposés seulement pour la chenille processionnaire du pin. C’est lors de leur migration vers le sol, à la fin du 5ieme stade larvaire, qu’elles sont capturées par le piège. Là aussi, les risques d’urtication sont importants.



4 chenilles défoliatrices et urticantes


Pins défoliés



nid de Processionnaire du Pin

Processionnaire du Pin
 
Nombre d’entre vous sont capables de reconnaître une présence de chenilles processionnaire du pin. Elles s’installent exclusivement dans les pins ou les cèdres, en formant des cocons blancs aux extrémités des branches. Elles se déplacent lors de leurs processions en file indienne. Chenilles, elles sont de couleur brun-orangé. Sous forme adulte, ce sont des papillons gris-brun. Les œufs sont formés sur les aiguilles, rassemblé par 2-3, en formant des « fuseaux ».
 
Cette année, la FDGDON de la Mayenne, en lien avec sa mission déléguée de Surveillance Biologique du Territoire, a distribué des pièges à phéromone. Cette phéromone sexuelle femelle est une « odeur » qui attire exclusivement les papillons mâles de l’espèce concernée. Placé à proximité des pins et cèdres, elle agit dans un rayon de 100 mètres. Les pièges mis à disposition gracieusement, les services espaces verts et particuliers observateurs doivent effectués un comptage régulier des papillons capturés. Ces observations sont essentielles pour déterminer les taux d’infestation en Mayenne. Elles sont également indispensables pour définir la localisation géographique des foyers et ainsi mettre en place une lutte ciblée et efficace. Les relevés des pièges dureront pendant toute la période des vols de papillons, c'est-à-dire jusqu’à la fin de cet été.


Processionnaire du Chêne (photo ARS)

Processionnaire du Chêne
 
Cette chenille brun orangé s’installe exclusivement dans les chênes. Ces cocons ressemblent à des sacs situés généralement à la base des branches charpentières. Les papillons de cette espèce sont de couleur grise. La courte durée de vie sous forme adulte (papillon) de la processionnaire du chêne ne sert qu’à la reproduction. Les œufs pondus forment de fines plaques sur les rameaux. Chenilles par la suite, elles seront urticantes entre mai et juillet.
 
Au mois de juillet 2010, la FDGDON 53 propose pour la première fois des observations de processionnaires du chêne, par la mise à disposition de pièges à phéromone.


Bombyx Cul Brun

Bombyx Cul Brun
 
Cette chenille se distingue plus facilement des autres avec deux points oranges et deux lignes blanches latérales. Elles s’installent dans les arbres de la famille des rosacées, que l’on rencontre le plus souvent dans les haies bocagères. Elles forment ses cocons dans des amas de feuilles au bout des branches, sous les feuilles. Les papillons sont blanc-gris clair et leurs œufs jaunes, agglomérés en paquets discontinus sur les rameaux. La période où elle est urticante est d’avril à juin.

Lithosie Quadrillée
 
La lithosie est une chenille qui contrairement aux autres, se nourrie principalement de mousse et de lichen.
Les papillons sont gris (mâle) et jaune (femelle). Les œufs blanc-bleu sont déposés sous les feuilles. Les chenilles ont une rangée de points orange de chaque côté.
Elles sont urticantes d’avril à juin.
 

La prédation naturelle oiseau, sauterelle, pupe de mouche
La lutte préventive : limitation de l’alimentation, bande englué, nichoir à oiseau, piège à phéromone.
La lutte curative : brûlage des chenilles et nids accessibles, traitement des chenilles par voie aérienne (pulvérisation) avec un produit biologique et au dernier recours le chimique.
 
Nous recensons par nos services et par les groupements communaux du département l’extension géographique mais aussi l’évolution des espèces.
 


© FDGDON53