ACCUEIL
FDGDON DE LA MAYENNE
Qui sommes nous ?
Adresse, horaires, accès
ACTUALITES
BULLETIN de SANTE du VEGETAL
VERTEBRES
Les rongeurs aquatiques déprédateurs:
Les rongeurs commensaux
taupe
Les Oiseaux
INSECTES
Les chenilles
Le frelon asiatique
Chrysomèle des racines du maïs
PLANTES INVASIVES
STATION METEOROLOGIQUE
DOCUMENTS
LIENS
OFFRES d'EMPLOI ET de STAGE

Les plantes invasives

AccueilPlan du site


Ambroisie


ambroisie (FDGDON 53)

Les grains de pollens de l’Ambroisie sont très allergisants et provoquent des complications respiratoires, cutanés et/ou oculaires.
 
Venue d’Amérique du Nord, cette plante a d’abord colonisé la région Rhône Alpes, où près de 30 % de la population serait allergique.
 
Son installation provoque :
- concurrence avec la flore indigène
- atteinte à la santé publique
- dépenses médicales colossales
 
Il s’agit d’une plante au cycle annuel, colonisatrice et dont les graines ont une durée de vie pouvant aller jusqu’à 10 ans. Souvent comparée avec l’Armoise Vulgaire, cette plante atteint les 70 centimètres, a une tige rouge, est très ramifiée, avec des  feuilles découpées d’un vert vif.
 
Elle se trouve actuellement non loin de notre département, en Maine et Loire et en Sarthe.
La Mayenne, indemne de la colonisation par l’ambroisie, doit être vigilante face aux éventuelles invasions.
La FDGDON 53 propose ainsi des formations à la reconnaissance de cette plante et met en place un réseau d’observateurs.
 
!!! Si vous identifiez cette plante, merci de prévenir la FDGDON 53 !!!



Renouée du Japon


Renoué du Japon (FDGDON 53)

D’abord proposée dans nos jardineries comme plante d’ornement, elle s’est vite montrée envahissante.
 
En Mayenne, la renouée colonise surtout les bords des routes. Elle concurrence directement la flore locale et peut même être dangereuse pour les automobilistes (manque de visibilité).
 
Partant d’un rhizome, les tiges de la renouée peuvent atteindre 2,50 mètres. Elles sont composées de grandes feuilles vert tendre.
 
Il s’agit d’une plante très résistante, notamment aux produits phytosanitaire. Les seuls moyens de lutte efficaces seraient :
- une coupe répétée (afin de l’épuiser)
- un enlèvement de terre puis remplacement par de la terre saine (pour les petites surfaces)



Chardon

Le chardon, par arrêté préfectoral, est un organisme dont la lutte est obligatoire.
 
En Mayenne, l’année 2010 a été plutôt calme pour cette espèce, la fédération n’a été informée d’aucune plaintes. Nous avons été amenés à conseiller et parfois se déplacer pour répondre aux élus et particuliers sur l’aspect réglementaire et technique.



Jussie

Cette espèce végétale aquatique prolifère dans nos rivières jusqu'à géner la libre circulation de l'eau et de la faune.

Il existe deux variétés de jussies envahissantes: Ludwigia uruguayensis (ou jussiaea) et ludwigia peploïdes
 
Introduite en France à la fin du 19ème siècle en vue d’ornementer les bassins d’agrément, la jussie est une plante amphibie. Les fleurs jaunes font 2 à 5 cm de diamètre (de mai à septembre). Les feuilles sont alternes, les tiges sont rigides, résistantes et cassantes. Elle peut se développer aussi bien au dessus que sous l’eau et jusqu’à 3 m de profondeur.
 
Un seul bout de tige (une bouture) peut se fixer et donner naissance à un nouvel herbier de jussies, d’où une prolifération très rapide. Elle préfère les eaux stagnantes (bordure d’étangs, marais mais aussi canaux et rivières) ou peu courantes et bien éclairées.
C’est pourquoi la réglementation actuelle interdit sa commercialisation, son utilisation et son introduction (arrêté ministériel).


 



Myriophylle du Brésil

Il est originaire d’Amérique du Sud, se rencontre fréquemment dans le sud-ouest de la France, et se propage vers le nord.
 
Le myriophylle possède un feuillage coriace très découpé, vert clair, qui émerge de l’eau de 0,1 m. Ses tiges peuvent atteindre jusqu’à 3 m de haut et former des herbiers très denses.
 
Comme la jussie, le myriophylle du Brésil est une plante amphibie, leur écologie présente de grandes similitudes. Il se reproduit par bouturage et a des besoins importants en lumière. Le bouturage est très efficace; la plante envahit très rapidement le milieu dans lequel elle s’installe. Même quand les hivers sont rudes, il se régénère après avoir gelé.
 



Berce du Caucase

La Berce du Caucase ou Heracleum mantegazzianum est originaire du Caucase. Elle a été introduite en Europe au XIXème siècles.
C'est la plus grande plante herbacée d'Europe, elle peut atteindre 3,50 m de hauteur. On la reconnait aussi par ces pétioles cylindriques et ponctués de taches rouges et ces grandes fleurs blanches disposées en ombelles constituées de plus de 50 rayons.

Elle est devenu indésirable parce qu'elle
- cause de grave brûlures en cas de contact avec la peau ou pire les muqueuses,
- monopolise de par sa taille l'espace
- concurrence les plantes autochtones et entravent l'accès des personnes et des animaux à certaines zones.

Pour éviter leur dissémination les fleurs doivent être coupées avant la production de graine, avant juin. Pour le pied, il faut le couper 15 cm en dessous du collet, ainsi il n’y aura de repousse.



Datura officinal ou Stramoine commune

C'est en raison de sa forte concentration en alcaloïdes (atropine et scopolamine) qu'elle peut être très toxique pour les animaux d'élevage et pour l'homme



© FDGDON53