lutte collective, taupe, talpa europaea, insectivore, nuisible, FDGDON de la Mayenne, taupinière
VERTEBRES


ACCUEIL
FDGDON DE LA MAYENNE
Qui sommes nous ?
Adresse, horaires, accès
ACTUALITES
BULLETIN de SANTE du VEGETAL
VERTEBRES
Les rongeurs aquatiques déprédateurs:
Les rongeurs commensaux
taupe
Les Oiseaux
INSECTES
Les chenilles
Le frelon asiatique
Chrysomèle des racines du maïs
PLANTES INVASIVES
STATION METEOROLOGIQUE
DOCUMENTS
LIENS
OFFRES d'EMPLOI ET de STAGE
AccueilPlan du site

taupinières dans une prairie (fdgdon53)


La FDGDON vous propose :

La taupe étant classée « organisme nuisible » (arrêté ministériel du 31 juillet 2000), des luttes collectives vous sont proposées. Différents moyens de régulation peuvent se mettre en place selon le site et l’infestation. La FDGDON peut vous former aux méthodes de régulation.



Les moyens de régulation :

Des produits chimiques :




Cliquez pour agrandir

dépose de pastille de PH3 dans la galerie


Le PH3
se présente sous forme de pastilles qui une fois déposée dans les galeries réagit à l’humidité du sol et produit un gaz (lourd) toxique pour la taupe. L’intervention se fait par une personne certifiée et l’organisme qui l’emploie doit être agréé par le Service Régional de l’Alimentation.
 
L’alphachloralose est retiré de la vente et de l'usage depuis 2010.

Des méthodes mécaniques :




Cliquez pour agrandir

disposition du piège-pince


Ces techniques ont pour but de tuer la taupe sur le coup. Une d’entre elles consiste en la pose de pièges-pinces à l’intérieur des galeries. La taupe doit passer entre les doigts de la pince pour se faire prendre.


fusil à taupe


Le fusil à taupe est un petit cylindre du diamètre de la galerie qui tue la taupe grâce à une déflagration provoquée par une grosse amorce à blanc (9mm). Une fois le fusil introduit dans la galerie, un palpeur très sensible va réagir à la première sollicitation de la taupe et provoquer la détonation.
Pour le piégeage, la FDGDON assure des formations sur demande et tient à votre disposition du matériel (piège Putange + clé tendeur, fusil à taupe).

L’épine, la tige de rosier, le fil barbelé, le verre pilé ont alimenté l’imagination de l’homme puisque outre la chasser cela ne tue pas la taupe d’autant plus qu’elle n’est pas hémophile.

Pour pérenniser l’efficacité de l’action il est conseillé de procéder sur la plus large étendue possible.
Pour cela, la Fédération organise des opérations de lutte collective contre les taupes.



Quels dégâts provoque-elle ?


Cliquez pour agrandir

prairie couverte de taupinière

 
C’est par ses taupinières que la taupe génère des nuisances. Elles sont le résultat de terre rejetée à la surface du sol.
Cela a pour conséquence :
· Une contamination des aliments du bétail (terre dans l’ensilage qui provoque une altération bactérienne du fourrage).
· Une usure des outils de fauche et de tonte.
· Des préjudices esthétiques  aux pelouses et techniques aux terrains de sport



Biologie de la Taupe (Talpae Europaea)

Elle est présente en Europe Continentale et Occidentale à l’exception des îles, du Sud de l’Italie et du sud de l’Espagne.
 
Morphologie :
C’est un mammifère fouisseur au poil court et dense, sans orientation précise, ce qui lui permet d’avancer et reculer avec aisance dans ses galeries. Les pattes antérieures très développées et munis de fortes griffes servent à creuser le sol (12 à 15 m /h). Bien que leurs yeux soient atrophiés, elles disposent d'un odorat et et d'un toucher très développés. La queue d’aspect écailleuse avec quelques poils est en contacte permanent avec le haut de la galerie comme un détecteur.
Caractéristiques : poids adulte : 60 à 130g (moyenne : mâle 98g, femelle 73g) ;longueur tête et corps : 11 à 15 cm, queue : 3 cm.
 
Alimentation :
Insectivore, elle consomme essentiellement des vers de terre (80%, 50% en été ; 15 à 20kg /an) mais aussi des larves des myriapodes (mille-pattes, iules…), parfois des rongeurs et limaces (en captivité, elle consomme son poids par jour). Un jeun de 12 heures la tue.
 
Habitat :
Sa présence dans un lieu est liée à la qualité du sol en ressource alimentaire et en compacité. Aussi elle évite les sols pierreux, sableux out marécageux. Elle est absente au-delà de 2000 m en montagne. Les taillis et bois, étant toujours humide, sont des refuges lors de sécheresse.
Les galeries ont plusieurs centaines de mètres et se situent entre 5 et 60 cm de profondeur. Leurs diamètres ont entre 4 à 5 cm. Elles jouent le rôle de piège dans lesquels tombe leur proie. Elle s’y déplace rapidement, environ 4 km/h. Selon les saisons, la surface prospectée varie de 200 à 2000 m². Dans ce réseau, une cavité est dédiée au nid qui sert à mettre bas.
 
Reproduction :
La durée de la gestation est de 28 jours. Elle a une portée par an à la fin de l’hiver de 2 à 3 petits. Les petits sont émancipés dès 1,5 à 2 mois. La maturité sexuelle arrive à 11 mois. La durée de vie de la taupe est de 3 ans.
 
Comportement :
Elles sont solitaires (hors accouplement et allaitement) et vivent presque exclusivement sous terre. Il y a alternance régulière entre période d’alimentation (3 à 4 fois par jour) et de repos.
 
Mortalité :
Elle peut être liée à la prédation par les rapaces, les carnivores (belette, hermine, chien, renard, héron…), lié à la famine du à la sécheresse ou les inondations.
 
Classement : elle est sans statut de protection et donc régulable à tous moment et en tous lieu.
 
Elle est régulée par l’homme parce qu’elle cause des dégâts dans les jardins et les cultures en faisant des monticules de terres. Ceux-ci occasionnent une gêne esthétique, la destruction de semis, le déterrage de légumes, l’usure prématurée des outils de fauche. La dégradation sanitaire du fourrage bovin soit au silo, soit à même la parcelle a pour conséquence de détériorer la qualité du lait (bactérie butyrique).
 
Présent sur le territoire de la Mayenne depuis bien longtemps, la taupe tend à reconquérir des territoires grâce à l’amélioration des habitats et à la diminution des moyens de lutte (retrait de la strychnine).
 
Par le passé, les agriculteurs venaient lors de la permanence annuelle communale organisée par la FDGDON pour s’approvisionner en taupicide. Aujourd’hui, c’est la prestation soit au PH3 ou avec des pièges qui est préféré au champ mais aussi dans les espaces verts, les stades, les terrains de golf et les parcs.
 



© FDGDON53